La Confiance

La Confiance La Confiance
Lorsqu'on décide d'arrêter, la confiance est en miettes.
La confiance en soi et celle des autres.

La première parce qu'on s'est fait tant de promesses qu'on n'a pas pu tenir.
La seconde parce qu'on leur a fait tant de promesses qu'on n'a pas pu tenir.

Et à ces "promesses d'ivrogne" qu'on a oubliées, ou qu'on n'a pas eu la force de tenir, il faut rajouter les montagnes de mensonges.
Les bouteilles vides trouvées ça et là alors que juré on n'a rien pris. Les bouteilles pleines planquées la veille pour assurer le lendemain mais qu'on ne retrouve plus.
L'argent disparu du porte-monnaie...

Reconstruire là-dessus est alors difficile.

L'hospitalisation peut permettre de reprendre confiance en soi. Il faut qu'elle soit voulue et jouée à fond.
L'idéal (si on veut) c'est quand on s'est déjà tellement planté dans des arrêts en solo: on en a tellement marre qu'on est prêt à écouter.

La confiance se mérite: il faut accepter de parler aux autres. Amis, employeurs, voisins: leur montrer qu'on change.
Faire savoir qu'on met les choses sur les rails. C'est total respect en général. Ne pas le dire c'est croire qu'ils n'avaient rien remarqué. C'est encore mentir par omission.

La confiance c'est aussi long à revenir: accepter que les autres se trompent sur nous.
Accepter leurs doutes même si on sait qu'ils se trompent:

"Il me semble que le niveau de la bouteille d'apéritif a encore baissé.
- Il te semble ce que tu veux: moi je sais que je n'y ai pas touché".
"Tu es bien tard ce soir.
- Oui j'ai eu à faire, j'ai été retardé".

Il faut prendre sa part de critique, pas plus. Il ne faut pas complexer.
Avant on était malade. Maintenant on se soigne.

Une ré-alcoolisation occasionnelle bouscule la confiance retrouvée: ce n'est pas dramatique.
Des ré-alcoolisations "occasionnelles" ça s'appelle une rechute. Tout est alors à recommencer.

L'amour aide énormément. L'amour du conjoint, des enfants, des amis, leur permet de pardonner et de redonner une chance, encore et encore.

Il arrive aussi qu'il s'épuise. Mais même là il reste un espoir.
Car si nous croyons encore en nous, si nous nous relevons une fois encore, il se trouvera quelqu'un pour nous accompagner.

Pour que les autres aient confiance en moi je dois avoir moi-même confiance en eux :
si je n'écoute pas, si je suis dans le déni, si je refuse les conseils, les mains tendues, je n'ai rien à attendre des autres.

La confiance c'est tout ça : ça se gagne, ça se perd, ça se retrouve !!